30 mai 2024

Avis manga: Oneira (Tomes 1-3)

Un arrêt sur la sphère du manga français aujourd’hui ! Vous l’aurez noté, de plus en plus de créations originales françaises (ou européennes comme ici) voient le jour et sont mises en avant. Et je trouve que c’est une excellente nouvelle. Le titre retenu aujourd’hui est franco-italien : un scénariste français Cab, et au dessin l’artiste italienne Federica Di Meo. Un titre prometteur, édité par les éditions Kana, dans le genre Dark Fantasy : Oneira, dont les couvertures ont du certainement attirer votre regard en rayon.

Alors j’en ai pensé quoi ?

Introduction à un univers Dark fantasy riche et travaillé

Sur les territoires de la Couronne, l’église assoiffée de pouvoir se lance dans une croisade sanglante contre les monstres des songes, appelés Cauchemars. Au milieu des affres à l’aube de la guerre, Arane Heos, la célèbre chasseuse de cauchemar tristement surnommée la « Croque-Mitaine », devra faire face aux inquisitions souhaitant renverser sa caste tout en protégeant l’accablant secret qui entoure son enfant.

Dès les premières pages, un nouveau monde se dévoile à nous. Sombre, violent. Un univers fantasy, avec son lexique propre, ses monstres si particuliers appelés Cauchemars, et ceux qui les combattent, les Epeires. Chaque cauchemar a été réfléchi et est bien développé : chacun ayant sa propre forme, ses propres pouvoirs et sa propre origine (amour, peur…). Un bestiaire horrifique plus que réussi (certaines confrontations nous filent les frissons…) ! Les différents protagonistes ne sont pas en reste non plus, et sont particulièrement intéressants à découvrir et suivre. A voir si cela sera aussi le cas pour les antagonistes, dont 1 qui a une tête de très très méchant où on en sait encore très peu.

Ainsi, la narration bien construite permet une introduction fluide et facile de cet univers qui regorge d’idées. A aucun moment je n’ai été perdue dans ma lecture, malgré tout le lexique et univers spécifiques du titre. Les intrigues du passé, sous forme de flashback, viennent apporter de la consistance aux personnages et nous apprenons petit à petit à les comprendre. Nous découvrons notamment la capacité d’Arane, notre héroïne, lorsqu’elle active son Canvas face aux monstruosités qu’elle rencontre. Impossible de ne pas faire de lien avec l’ambiance « The Witcher ». Franchement à certains moments, j’ai ressenti les mêmes sensations… et c’est vraiment trop chouette !

Des héroïnes et des planches plus que badass

Je pense que nous avons ici les héroïnes les plus badass de la sphère du manga français. Mises au 1er plan, indépendantes, intéressantes, puissantes, c’est un régal. Les scènes de combat sont fluides, et heureusement, car elles constituent une bonne partie du noyau d’Oneira. Pas de doute, nous sommes bien dans de la Dark fantasy, bien dark à certains moments, mais tellement réussie.

Le coup de crayon est favoloso, whhhaaa ! Les planches sont vraiment belles ! Aussi splendides que terribles lors des confrontations avec les cauchemars. Chaque planche est riche en détails, s’adaptant à l’environnement des personnages. Le coup de crayon est parfois gras et charbonneux, aux notes gothiques, mais toujours très précis, et nous offre une ambiance toute particulière. (Et pour avoir eu l’occasion de rencontrer Federica lors d’une dédicace, je peux vous dire que la plus badass de toutes c’est bien elle, quel talent !)

Oneira, tout un univers

Lisez-vous en musique ? De mon côté ce n’était pas nécessairement le cas. Et pourtant, quelle ne fut pas la (très) bonne expérience avec le tome 1 d’Oneira ? Une bande son créée spécifiquement pour ce tome, qui se cale sur le rythme des chapitres. J’avoue que je lis de mon côté très (peut-être même trop) vite, et j’avais alors fini ma lecture du chapitre 1 avant la fin du son. Je me suis, par la suite, imposée un rythme de lecture plus lent et c’était le pied. Tout en profitant pleinement de ces jolies planches, j’étais embarquée dans le récit avec ce son en fond, qui montait crescendo avec la tension. Une immersion totale, BRAVO !

Et ce n’est pas tout, de nombreux bonus sont présents en fin de tome : précisions sur l’univers, détails sur les cauchemars, compléments narratifs sous forme de roman… Pssst petite info entre nous : restez connectés car il me semble que beaucoup de surprises sont à attendre concernant ce titre ☺ (en attendant n’hésitez pas à aller sur Oneira | Kana (kana-oneira.fr) pour guetter les infos)

Une très belle découverte et une franche réussite signée par le duo Cab/Féderica qui nous propose un univers bien construit dans le genre Dark fantasy. Cela promet de très chouettes moments de lecture, je serai très clairement présente pour la suite (et pour les nombreuses surprises autour de cet univers). Ma note : 16/20.

A bientôt,
Chloé