8 décembre 2022

Avis manga : Boy’s Abyss – Tome 1

Ça y est, une des nouveautés particulièrement attendues cette année arrive cette semaine chez les éditions Kana : Boy’s Abyss (Shonen no Abyss). Il s’agit de la 1ère série éditée en France de l’auteur Minenami Ryou (qui comptabilise 4 séries au Japon). Un titre actuellement en cours (10 tomes) au Japon et publié dans le Young Jump de Shûeisha.

Un récit psychologique fait de pressions familiales et sociales

Dans une ville de province où il ne se passe jamais rien, où tout le monde se connait, où chaque histoire se sait, où chaque jour se ressemble, Reiji, un adolescent malheureux, se contente de vivre une existence morose. Issu d’une famille dans le besoin, avec un père absent, une mère débordée et dépressive, une grand-mère sénile et un frère caractériel, Reiji se voit condamné à rester dans cette même ville pour subvenir aux besoins de sa famille. Eduqué par sa mère dans la culpabilité de devenir utile une fois ses études terminées, Reiji reste persuadé qu’il n’a aucun pouvoir sur son avenir. Une pression familiale écrasante qui l’empêche de prendre son envol.

L’auteur retranscrit brillamment la pression psychologique qui peut s’exercer dans des petites villes de provinces. Un semblant de huis-clos où chaque lien semble indéfectible, où les attentes sociétales et familiales se resserrent peu à peu, tel un étau, autour du cou de Reiji. Seule son amie d’enfance, Chako, lui apporte un peu de soutien et de joie, et lui fait notamment découvrir les chansons du groupe d’idoles « Acrylic ». Une vie terne, sans espoir … jusqu’à la rencontre avec une idole de ce fameux groupe. Serait-ce une délivrance ou bien le début de la fin ?

Un abysse sans fond ?

Un récit particulièrement mature, qui aborde des sujets lourds, tel que le suicide. Ce n’est clairement pas un titre à mettre entre toutes les mains (autant sur la forme que sur le fond) … Les héros étant de jeunes personnes, nous assistons à des comportements extrêmes, dictés par des émotions fortes dues un entourage et un environnement oppressants. Chacun se voit dicter une conduite, un rôle à jouer sans jamais pouvoir s’en détacher : une idole figée à une image, un ado éduqué dans la culpabilité que s’en est devenu sa normalité. Comme le sentiment d’être en cage, et que l’abysse des amoureux (lieu connu et particulier de la ville à l’histoire glaçante) constitue une (la seule ?) voie de secours. De libération.

Un des titres les plus énigmatiques que j’ai eu l’occasion de lire, je ne sais vraiment pas où l’auteur veut nous emmener (surtout quand je me dis qu’il y a plus de 10 tomes toujours en cours !). Le sublime coup de crayon de l’auteur vient apporter une très légère touche de douceur à ce récit sombre et dur. Une combinaison efficace qui rend ce titre d’une cruauté fascinante.

Piquée au vif par ce titre d’une froideur énigmatique, je suis particulièrement curieuse de découvrir la profondeur scénaristique apportée par l’auteur avec plus d’une dizaine de tomes en cours ! Chaque tome est disponible au prix de 12,90€ frais de port inclus.

Ma note : 16.5/20
A bientôt,
Chloé