18 avril 2024

Avis manga : Battle game in 5 seconds

Il m’a suffi d’un regard pour avoir de l’intérêt pour Battle Game in 5 Seconds (que j’appellerai BG5S pour plus de facilité). En effet, c’est en voyant une partie de l’animé que je me suis décidé à lire la série. BG5S est écrit par Saizou Harawata et dessiné par Kashiwa Miyako. La série est éditée en France par Doki Doki (la maison d’édition de Les promeneuses de l’apocalypse) avec 19 tomes (bientôt 20) alors qu’au Japon, c’est édité par Shogakukan avec une prépublication dans le Ura Sunday. Les 2 pays sont proches en nombre de tomes, car au Japon, il en existe 21. Alors viens, je t’emmène dans un Battle Royal basé sur la stratégie et la manipulation.

Battle Game in 5 Seconds : synopsis

Akira est un lycéen vivant seul et ayant un souhait qui lui est cher. Son quotidien est tellement ennuyeux qu’il espère jouer à un jeu qui lui fera tout oublier. Son rêve se réalise lorsqu’il se fait « tuer« . En effet, pour l’état il est mort et il n’y a plus de traces de lui, mais il va se réveiller dans un complexe inconnu avec des menottes au poignet. Akira se rend vite compte que sa mort est une mise en scène pour le faire participer à des programmes supervisés par des « observateurs« . Petite particularité, chaque participant possède un pouvoir qu’il doit apprendre à utiliser tout en étant connu seulement de la personne qui possède le pouvoir. C’est ainsi que commence un Battle Royal sanglant à base de manipulation…

5,4,3,2,1… Battle start !

Le concept de base des pouvoirs est simple tout en ayant une place centrale dans l’intrigue. Chaque participant possède un pouvoir connu seulement de lui-même sans obligation de le révéler aux autres concurrents. La description du pouvoir est très vague ce qui nous amène à suivre les participants dans la découverte et l’apprentissage de ce pouvoir. Les participants ont également de grosses menottes aux poignets qui bloquent leur pouvoir quand elles sont verrouillées. Une fois déverrouillé, un décompte se lance et au bout de 5 secondes les pouvoirs s’activent. C’est sur ces moments d’activation et de désactivation ainsi que sur la connaissance et le fait de deviner le pouvoir des autres que le scénario s’articule.

La manipulation à son paroxysme !

Akira possède le pouvoir dont son adversaire pense qu’il est doté. Il est donc obligé constamment de manipuler les autres pour qu’ils croient qu’Akira possède tel ou tel pouvoir. C’est donc un jeu de manipulation qui démarre pour déterminer en qui il peut avoir confiance. Tous les programmes sont différents. Je ne vais pas vous les dévoiler pour ne pas vous spoiler, mais la plupart sont conçus pour pousser les participants à s’entraider et à se trahir. À chaque situation, c’est un jeu de stratégie qui commence. Akira à toujours un coup d’avance et à chaque fois que la situation paraît désespérée, on se rend compte que tout était prévu. C’est un stress constant et un bonheur total lors de l’explication de ce qu’il se passe. Je m’amuse même à deviner à l’avance l’issue de l’action. La série met notre cerveau et notre mental à rude épreuve !

Ne pas s’attacher aux participants

Si vous voulez éviter la tristesse de voir votre participant préféré mourir, ne vous y attachez pas. Effectivement, comme je l’ai cité plus tôt, il s’agit d’un Battle Royale. Ce qui veut dire que beaucoup, beaucoup de participants meurent. Alors, quand c’est un participant sans importance, ça ne me touche pas plus que ça, mais quand c’est un personnage que j’adore, c’est autre chose. J’ai souvent lâché une larme durant la lecture des 19 tomes. Le dessin accentué par les expressions très bien retranscrites et le background connu de chacun fait de chaque mort une torture pour mon cœur. Les personnages sont tellement bien écrit que j’ai l’impression de voir partir un/une ami(e) à chaque fois. N’hésitez pas à sortir les mouchoirs lors de la lecture.

La conclusion

C’est un bonheur de lire BG5S ! Moi qui aime les histoires complexes avec des retournements de situation constants et des événement que je n’ai pas vu venir, je suis servi ! Chaque participant possède sa propre histoire parfois en lien avec l’histoire d’autres concurrents et cela rajoute une profondeur aux événements. Tous les protagonistes sont une entité bien distincte qui fait avancer le scénario. Le background est incroyable et Harawata pousse notre réflexion toujours plus loin ! Faites bien attention, car la série est assez sombre et sanglante. Certaines situations sont très cruelles et angoissantes. C’est est encore une série coup de cœur que je note avec un excellent 18/20. J’ai hâte de découvrir le tome 20 qui sort très prochainement ! Les tomes sont disponibles au prix de 7,50 .

À bientôt pour un nouvel avis manga
Kelarian