26 février 2024

Avis manga : Les carnets de l’apothicaire (Tomes 1 à 9)

Aujourd’hui, arrêt sur une petite célébrité manga, et je pense que vous avez déjà dû voir les superbes couvertures de ce Seinen passer : Les carnets de l’apothicaire. Issu initialement d’un light novel, il comptabilise à ce jour 10 volumes et est toujours en cours de parution. Coté manga, sont aux commandes Itsuki Nanao pour le scénario et Nekokurage pour les dessins.

Ce joli titre est édité par les éditions Ki-oon, et encore une fois il semblerait qu’ils aient eu l’œil !

Les carnets de l’apothicaire : Intrigues et poisons au cœur du palais impérial

A 17 ans, Mao Mao a une vie compliquée. Formée dès son jeune âge par un apothicaire du quartier des plaisirs, elle se retrouve enlevée et vendue comme servante dans le quartier des femmes du palais impérial ! Entouré de hauts murs, il est totalement coupé du monde extérieur. Dans cet espace de femmes régi par les hommes, où les apparences et la beauté priment, Mao Mao préfère rester discrète. Elle n’hésite pas à « s’enlaidir » pour repousser toute attention. Manque de pot, ce sont son savoir et son tempérament qui vont en attirer plus d’un. Et notamment Jinshi, haut placé à la cour et d’une beauté ravageuse, qui va jeter son dévolu sur elle … au palais impérial le moindre faux pas peut être fatal !

Finalement, à travers ce titre, nous découvrons le nouveau quotidien de notre jeune héroïne. Un quotidien rythmé par de nombreux complots, dont certains sont plus qu’étranges. Un jeu de pouvoirs et de possessions qui tourne souvent au drame. Mao Mao est alors sollicitée de toute part : que ce soit pour ses compétences d’apothicaire avec la fabrication de remèdes, de sa résistance aux poisons pour goûter les plats, ou bien de son intuition et capacité de réflexion pour dénouer le vrai du faux. Un nouveau quotidien qui sera bien dangereux pour elle …

Mao Mao, une héroïne comme on les aime

Une petite héroïne qui ne paye pas de mine, et qui pourtant fait des ravages au palais avec son caractère bien trempé ! Véritable tête brulée, très intelligente et dégourdie, elle est fascinée par les plantes et leurs vertus, et totalement obsédée par toute forme de poisons … hm hm oui le dernier loisir de celle-ci lui vaut parfois quelques incidents. Son vomitif n’est jamais très loin ! Très respectueuse des codes hiérarchiques et consciencieuse dans son travail de domestique, elle arrivera à se faire une place toute particulière au sein du palais.

Mao Mao est tellement intéressante. C’est un réel plaisir de retrouver une héroïne comme elle. Une apothicaire passionnée au caractère fort, elle est terriblement attachante. Tout comme sa personnalité, sa relation avec Jinshi est particulièrement originale et nous n’en connaissons pas encore la saveur. Bien des mystères se cachent derrière les véritables intentions de cet homme …

Une potion graphique addictive

Les planches mamama ! Les couvertures MAMAMA ! Vous l’aurez compris, les dessins sont un atout majeur de ce titre (et Ki-oon l’a bien compris, en proposant des formats collectors appuyant l’esthétisme de cette oeuvre). Cette beauté indéniable vient apporter encore plus de charme à ce récit passionnant. Je pense notamment aux tenues vestimentaires des femmes du palais : détails, justesse du trait, c’est honnêtement un voyage visuel. Nous n’avons clairement pas besoin d’un filtre d’amour concocté par Mao Mao pour tomber amoureux des planches … ♥

Un titre d’une grande beauté graphique, et qui sait saisir notre intérêt avec cette multitude de cas étranges auxquels fera face notre héroïne. Nous regretterons juste un fil rouge plus épais pour venir consolider le quotidien de Mao Mao et ce nouveau monde qui l’entoure. Un contenu « slice of life », avec un cadre aux contours historiques (même si pas d’indications, nous pouvons deviner une inspiration de la Chine du XIXeme), c’est un titre que j’aurai (grand) plaisir à suivre ! Ma note : 16.5/20

A bientôt,
Chloé