7 octobre 2022

Avis manga : Nekogahara – Tome 1

Nekogahara est une nouvelle licence chez Pika Edition (comme pour Violence Action), et elle a tout pour plaire ! La série Nekogahara a été prépubliée sous le titre de Nekogahara: Stray Cat Samurai (猫ヶ原) de octobre 2015 à mai 2018 dans le Shônen Magazine Edge de Kodansha. La série s’est conclue en 5 tomes. C’est Hiroyuki Takei qui est aux commandes, mangaka très connu pour son œuvre Shaman King (qui se poursuit actuellement avec Shaman King The Superstar).

Nekogahara : Quand l’auteur de Shaman King met en scène des chats samouraïs : les chamouraïs !

Dans un Japon autrefois ravagé par les guerres civiles, le chamouraï Norachiyo erre désormais sans maître, avec pour seuls compagnons le sabre et la clochette que ce dernier lui a laissés. Et tandis que les « domestiqués » s’enrichissent sous la coupe des êtres humains, lui seul semble encore posséder la fierté qui sied à un vagabond. Mais le passé qu’il pensait avoir laissé derrière lui continue de le hanter et lorsque ses ennemis sortent de l’ombre les uns après les autres, Norachiyo réalise qu’il va devoir user de son sabre s’il veut trouver l’endroit où il pourra enfin reposer en paix …

Nekogahara est un récit d’action historico-fantastique qui plonge les lecteurs dans un Japon féodal peuplé de chats anthropomorphes. Bien qu’on parle de l’existence des humains, la plupart des personnages qui apparaissent dans le manga sont des chats évoluant dans une société hiérarchisée ressemblant au système du Japon ancien.

Le dernier voyage d’un vagabond…

Malgré la perte de son maître, le nom de Norachiyo reste une légende parmi les félins. Très attaché à son statut de vagabond et des valeurs qui en découlent, il erre à travers le Japon, n’hésitant pas à protéger les plus faibles et à remettre à leur place les chats trop orgueilleux. Sur son chemin, beaucoup viendront se briser sur sa lame, sans retour possible. Une lame, forgée d’honneur, qui vient trancher faux-semblants et hypocrisie qui pullulent au sommet de la hiérarchie. Ce qu’il exècre par dessus tout : les chats de statut supérieur, méprisants et lâches, qui semblent avoir perdu toute dignité. Un dernier voyage qui ne s’annonce pas de tout repos, loin de là !


… A la croisée des mondes

Une fusion brillante de deux mondes : le monde violent des samouraïs et le monde félin. Les singularités félines des personnages viennent apporter de la légèreté à ce récit sombre et cruel, sans toutefois en altérer la profondeur et la cohérence. Impossible parfois de lutter contre l’instinct animal ! Certaines attitudes, inhabituelles dans ce genre de titre, vous feront clairement sourire, et vous rappelleront alors que vous avez le même à la maison !

Un potentiel exploité, maitrisé, qui fonctionne et donne lieu à une série courte particulièrement originale.

Une lame graphique nette et incisive

Un coup de crayon qui m’a convaincue depuis longtemps ! Le trait fin et particulier de Hiroyuki Takei vient appuyer l’univers sombre et violent de ce titre. Les planches sont parfois simples, parfois détaillées, mais toujours très épurées et d’une grande qualité. Ce 1er tome révèle de sublimes double-pages, pour notre plus grand bonheur ! Le chara-design des chats est juste incroyable, tous plus charismatiques les uns que les autres. Attention, avec ce coup de crayon singulier, il faudra parfois s’accrocher lors des scènes d’action afin de ne pas en perdre le fil.

Un 1er tome qui révèle une très bonne mécanique, avec le concept de chamouraïs judicieusement utilisé. Un rythme soutenu, des duels de chamouraïs, des planches travaillées, ce titre est plein de promesses ! Une fin qui laisse penser à de futures révélations sur le passé de notre Norachiyo, et qui nous donne clairement l’eau à la bouche. Ma note : 16/20

Mia bientôt,
Chloé