30 janvier 2023

Avis manga : Make Up with Mud – Tomes 1 et 2

En ce tout début d’année, je vous souhaite tous mes meilleurs vœux pour 2023 ! Que cette année soit riche en belles découvertes littéraires ! Pour cette occasion, je souhaite m’arrêter sur un titre qui a été une très bonne surprise, et qui a une apparence bien trompeuse…  Il s’agit du Seinen « Make up with Mud », une des dernières nouveautés 2022 de Meian avec, aux commandes, Yosikazu (il s’agit de son 1er titre).

Make Up with Mud : quand le maquillage devient un support de réflexion

Miku, 25 ans, suite à plusieurs remarques de ses collègues, décide de faire plus attention à son apparence, et notamment de se pencher sur le maquillage. Une fois le rouge à lèvres porté, Miku se rend compte qu’elle en apprécie les effets et le reflet qu’elle aperçoit dans le miroir. Malheureusement, cela n’est pas du tout au goût de son petit ami, qui réagit de manière extrêmement brutale en lui rétorquant que ces couleurs « criardes » ne sont pas faites pour elle. Un comportement agressif, possessif et injustifié qui pousse Miku à se poser les bonnes questions. Des questions qui vont être challengées par la rencontre avec Yves, un homme à la forte personnalité qui s’habille et se maquille comme il l’entend.

Pour qui Miku souhaite se maquiller finalement ? Pour elle ? Pour les autres ? Ne s’agit-il que de maquillage ?

Une société régie par les apparences

Ce titre se sert du maquillage comme accroche pour venir dénoncer des sujets bien plus lourds et problématiques. Dès le début du récit, nous comprenons rapidement que l’auteur souhaite nous diriger vers la thématique de l’aspect social, de la quête d’identité et des apparences.

Chacun peut être qui il veut. Ça semble facile sur le papier. Cependant, dans la vraie vie cela est beaucoup moins évident. Dans une société où les apparences priment : des convenances maritales, où la femme doit correspondre aux attentes de son mari, aux attentes sociétales où la femme doit prendre soin d’elle et soigner son apparence. Et qu’en est-il alors de nos propres envies et ambitions de vie ? Un cadre sociétal figé et limité où seules les femmes pourraient se maquiller… Un homme, se maquiller ? Quelle idée ! Il ne paraitrait qu’efféminé et étrange ! Une société qui devient vite étouffante, et qui remonte beaucoup de frustration pour celles et ceux qui en seraient insatisfaits. Ce titre pointe également du doigt la difficulté pour une femme de trouver sa place dans la société, où chacun s’impose des limites dans la peur du jugement des autres !

Le maquillage peut servir de masque pour certains, alors qu’il est un véritable moyen d’expression de personnalité pour d’autres.

Un titre qui vient briser ce miroir aux reflets trompeurs

Les apparences sont trompeuses et rien n’est plus vrai ici. Le fiancé, beau gosse, intelligent, à la carrière brillante, n’est rien de plus qu’un pervers narcissique. Il maitrise à la perfection son image de fiancé idéal en faisant retomber les fautes sur les autres, et en se dédouanant de son comportement manipulateur et égoïste. Yves, son image il la soigne, certes, mais pas dans le but de tromper les autres. Il le fait pour lui, pour son bien-être. Il respire la transparence. Miku, notre héroïne, qui pensait que sa vite toute gérée par son fiancé lui convenait, découvre la joie que procure ses propres choix.

Pour venir appuyer ce contraste entre la beauté fictive des apparences et la laideur profonde d’individus mauvais, le coup de crayon en est clairement la base. Les dessins sont vraiment très beaux. Ils retranscrivent de manière précise les émotions des personnages avec des faciès très expressifs. Ce dessin délicat contraste avec la dureté de certaines situations, et est on ne peut plus adapté à ce titre. Un véritable plaisir à lire ! Le starter pack des personnages est assez classique, avec une héroïne gentille et discrète et un « anti-héros » plein de vices et dominant. Cette palette de personnages vient trouver sa fraicheur dans l’original Yves. Finalement on se croirait face à une jolie palette de maquillage : avec une majorité de fards classiques, neutres, mais qui fonctionnent, et quelques fards originaux qui viennent apporter du dynamisme à l’ensemble !

Une très bonne surprise, malgré des couvertures qui peuvent sembler superficielles, le contenu est développé et loin d’être dénué de sens ! Un miroir d’apparences qui se brise en mille morceaux et qui dévoile alors les faces cachées, pleines de boue, de relations toxiques. Je vais clairement poursuivre ma lecture ! Ma note : 15/20

A bientôt,
Chloé