24 juillet 2024

Avis Tome 1 manga Run to heaven

Ankama continue d’élargir son offre de mangas français avec l’arrivée de Run to Heaven. Après des titres acclamés comme Ripper, Space Punch, et Wakfu – La grande vague, l’éditeur poursuit sur sa lancée en nous proposant une nouvelle aventure captivante. Spécialisé dans les mangas français, Ankama semble rencontrer un succès bien mérité dans ce domaine.

Un plongeon en 2036 via Run to heaven

Run to Heaven nous transporte en 2036, au cœur des jeux mondiaux, une compétition sportive se déroulant dans l’archipel du Pacifique. Ce cadre idyllique est pourtant le théâtre d’un conflit violent et impitoyable entre les îles du Nord, soutenues par la Chine, et celles du Sud, appuyées par les États-Unis. C’est dans ce contexte tendu que nous faisons la connaissance de Fee, une jeune adolescente en quête de repères.

Fee, dont la mère est amirale dans l’armée, vit une existence marquée par l’absence maternelle due à la guerre. Son père, quant à lui, souffre d’une maladie incurable qu’il cache à sa fille. Fee ressent néanmoins que quelque chose ne va pas. Elle navigue dans ce quotidien difficile, rythmée par la guerre qui déchire son île, Arrecquero.

L’organisation des Jeux Mondiaux apporte une accalmie bienvenue. Cette trêve est une opportunité pour Fee de revoir sa mère et de rêver à un avenir différent. Toutefois, Fee a du mal à se faire des amis et est souvent chahutée par ses camarades. Son ami d’enfance, Sam, refuse de l’abandonner et l’encourage à participer aux compétitions sportives de l’école. Sam, un athlète passionné, n’a jamais réussi à vaincre Fee dans leurs multiples affrontements sportifs, ajoutant une dimension compétitive à leur amitié.

Une histoire en deux temps

La première partie du manga est dédiée à la découverte de l’île, des personnages principaux, et de l’ambiance générale. On y découvre une Fee mélancolique et isolée, cherchant sa place dans un monde en guerre. La seconde partie du manga marque un changement radical de ton et de rythme. L’intrigue s’accélère, les enjeux augmentent, et l’auteur parvient à mêler poésie et drame de manière saisissante, rendant l’histoire encore plus captivante.

Un style visuel unique

Toan, le dessinateur, apporte une touche personnelle qui ne laisse pas indifférent. Son style visuel correspond parfaitement à l’ambiance du manga, rendant les personnages principaux, notamment l’amirale, Fee, et Johan, charismatiques et mémorables.

Run to Heaven est une belle découverte. Bien que la première moitié du tome puisse sembler lente, la seconde moitié dynamise le récit, incitant vivement à continuer la lecture. Ce premier tome est proposé dans un grand format, un choix qui met en valeur les illustrations de Toan et ajoute au plaisir de la lecture.

En résumé, Run to Heaven est une nouvelle série prometteuse de chez Ankama, alliant un contexte intrigant, des personnages attachants, et un style visuel distinctif. Une lecture recommandée pour tous les amateurs de mangas français.