24 juin 2024

Avis tome 1 manga B-Side : Quand la musique s’infiltre dans les pages du manga

Aujourd’hui, je souhaite vous présenter B-Side, une nouvelle licence éditée par Ki-oon, après des succès notables tels que Crazy Food Truck ou Akane Banashi. Bien que le premier tome m’ait échappé à sa sortie, la réception du deuxième volume a suscité en moi un vif intérêt, incitant ainsi l’acquisition immédiate du premier opus pour explorer pleinement cette nouvelle œuvre. L’idée d’un manga centré sur la musique m’a enthousiasmé, car cela reste assez rare et promettait une expérience intéressante.

Il est essentiel de souligner que B-Side, comme Leviathan ou Tsugumi Project, est une création originale de Ki-oon, disponible exclusivement en France, étant entièrement façonné par l’éditeur. Pour le lancement de ce titre inaugural, Sofiane Pamart, compositeur et pianiste français, a rédigé la préface et offert une composition exclusive, ajoutant ainsi une dimension musicale immersive à la lecture.

L’autrice, Cocoro Hirai, nous transporte dans un univers où la musique et les émotions s’entrelacent de manière harmonieuse. L’histoire nous présente Rui, élevé dans une famille obsédée par l’excellence musicale. Sa mère nourrit l’ambition de faire de lui et de son frère aîné, Yugo, des musiciens parfaits.

Cependant, pour Rui, jouer d’un instrument n’est pas suffisant, il préfère composer. En dépit de ses efforts pour achever une mélodie avec l’aide d’une mystérieuse voix qui le guide, il peine à réussir. Cette voix représente pour lui un réconfort et une source d’inspiration.

Tout bascule lorsque leur grand-père, autoritaire et insupportable, intervient, exigeant une stricte conformité aux règles. Yugo, excédé, quitte la famille, laissant son jeune frère désireux de partager la même bravoure, bien que celui-ci soit encore trop jeune. Malgré ces événements, Rui persiste dans sa quête pour achever la mélodie inachevée.

B-Side : Quand Beethoven fait un retour inattendu

Le récit prend un tournant captivant lorsque l’ombre et la voix à côté de Rui se précisent, révélant être le génie compositeur Beethoven. Est-il là pour l’aider ou pour servir ses propres desseins ? L’histoire progresse rapidement, offrant une lecture agréable et immersive, transportant le lecteur au rythme des mélodies qui se dessinent dans son esprit.

Bien que je ne sois pas le plus fervent amateur de musique classique, j’ai apprécié cette plongée dans le premier tome. Sans entrer dans les détails, l’autrice Cocoro Hirai propose des dessins plaisants, des personnages charismatiques, et parvient à évoquer une ambiance sombre avec la présence de l’esprit de Beethoven, tout en injectant une touche mélodique et poétique lorsque la musique est mise en scène. Je m’apprête à poursuivre ma lecture avec enthousiasme !