10 décembre 2023

Avis manga : Partners 2.0 (Tome 1)

Article sur une des dernières nouveautés fraichement sorties chez les éditions Kurokawa : Partners 2.0. Je pense que cette sortie a fait parler d’elle, autant par son titre plus qu’explicite, que par le coup de comm’ plus qu’original de la maison d’édition (un préservatif offert à l’achat du tome dans certaines librairies, rien que ça !).  En cours au Japon depuis 2020 avec 4 volumes sortis, Partners 2.0 est la dernière série en date du mangaka Souryu (connu également pour son titre Magical Girl Holy Shit présent dans le catalogue des éditions Akata).

Nouvelle prise de risque par Kurokawa avec l’ajout de cette nouveauté pimentée dans leur catalogue ?

Un titre moderne avec une héroïne délicieusement décomplexée

Après avoir supporté une petite amie qui veut tout contrôler et un copain étouffant, Murata et Tomoka fuient désormais les relations amoureuses comme la peste. Semblant pourtant s’entendre à merveille, ils se donnent rendez-vous dans un love hôtel. Au lieu d’une aventure sans lendemain, ils s’engagent dans une relation qui n’est ni simplement physique ni totalement dénuée de sentiments, une relation à la fois détendue et sensuelle… Ils inventent alors une nouvelle classe « d’amitié ».

Le duo fonctionne plutôt bien, même si Tomoka porte clairement à bout de bras le récit. Une héroïne que nous n’avons pas l’habitude d’avoir et qui a su me convaincre dès les premières pages. Complètement déjantée et libérée sur le sujet du sexe, elle est ultra agréable à découvrir avec toute cette spontanéité. Et en prenant en compte les contexte et environnement japonais, c’est franchement original et apporte un élan de fraicheur et de modernité ! Une femme totalement décomplexée ? Qui regarde du porno pour se détendre ? Qui n’a aucun tabou à se balader poil ? Oui ça change (beaucoup), et oui ça fonctionne. Toutefois, on regrettera son attitude parfois extrême, et ses énormes « proportions » qui sont régulièrement exposées et mises en avant. Des  mensurations plus standards auraient été peut-être plus pertinentes pour ce genre de récit et de public visé.

Murata, quant à lui, est plus sérieux et plus cadré. Il en deviendrait même parfois ennuyeux. Trop souvent effacé face à l’excentrique Tomoka, j’espère qu’il saura renforcer sa présence par la suite (au risque de tomber dans des clichés scénaristiques qui iraient à l’encontre de cette première impression). C’est à ce niveau-là que j’ai eu le plus de réserve : les caractères très (trop) opposés des protagonistes, qui deviennent presque les parfaits contraires des stéréotypes… affaire à suivre à ce niveau-là.

Partners 2.0 : un érotisme nuancé

Même si le sujet du sexe est prédominant, je trouve la forme beaucoup plus nuancée. Certes, il y a des scènes plus qu’explicites, beaucoup de nudité… mais celles-ci se font presque « discrètes ». Comment ces scènes se traduisent-elles ? En une seule case (ou 2 maximum), et le binôme est en arrière-plan, ce qui invite plus à la suggestion qu’au voyeurisme (contrairement à d’autres titres où ces scènes sont bien plus explicites, comme dans Jagaaan ou encore Nous irons manger du crabe). Finalement, l’érotisme du titre passe facilement et je l’ai trouvé très soft dans sa forme (attention toutefois, ceux ne recherchant que de la comédie romantique risquent d’être dérangés par certaines scènes/propos ; et au contraire, ceux ne recherchant que de l’érotisme risquent d’être déçus – et oui le titre est tout en nuances !). Un érotisme beaucoup plus présent dans les propos des personnages que dans leurs actions.

Dans Partners 2.0, on se concentre surtout sur la description et la conception de la relation de couple/amitié. Le relationnel est prédominant, et je trouve le sujet plutôt bien abordé et sans jugement. Une relation sans pression, sans contrainte (pour le moment !) qui ne vient apporter que ce que recherchent Tomoka et Murata.  Ce n’est pas une relation de couple, mais ce n’est pas une relation purement physique non plus. On pencherait sur une relation amicale libre : Amicali.

Et même si le titre démarre vite, le rythme adopte petit à petit celui d’un SoL classique (et non d’un Hentai à gogo), où nous suivons le quotidien plus qu’ordinaire de nos protagonistes, véritables geeks à leurs heures perdues. Un SoL dans une ambiance coquine certes, mais un SoL tout de même.

Un coup de crayon parfois moins convaincant

Autant la dynamique narrative m’a plu, autant mon avis est plus mitigé concernant les dessins. De manière générale au cours de ce 1er tome, je les ai trouvés assez inégaux, même si globalement bons. Il y a quelques faiblesses sur les faciès à certains moments, ce qui vient un peu casser ce fil rouge « relationnel » qui tient le récit (il faut se l’avouer, le héros a parfois clairement une tête de gland … sans mauvais jeu de mots). Et au contraire, les décors sont toujours très détaillés, et nous avons un souci du détail pour les paysages urbains et arrières plans toujours présent et franchement réussi.

Partners 2.0 nous propose un équilibre RomCom/érotisme plutôt bien dosé, avec une héroïne qui, par son attitude, apporte un élan de fraicheur et de modernité dans le genre. Sans être transcendée, j’ai tout de même passé un chouette moment et suis curieuse de voir ce que titre peut proposer. Ma note : 15/20.

A bientôt,
Chloé