18 avril 2024

Avis manga : Frieren (Tomes 1 à 7)

Une chronique qui m’enchante (plus que d’habitude) aujourd’hui ! Je vais m’arrêter sur un titre sorti en 2022 et qui a fait beaucoup parler, Frieren. Un superbe accueil en France qui fait écho à son immense succès au Japon à sa sortie en 2020. Il a, modestement, remporté le prix Osamu Tezuka (meilleure nouveauté), et a été nommé manga de l’année 2021. Aux commandes derrière Frieren nous avons Kanehito Yamada au scénario et Tsukasa Abe au dessin. Et ce sont les éditions Ki-oon qui, pour notre plus grand plaisir, ont amené ce titre sur notre territoire, avec 7 tomes actuellement disponibles (9 tomes parus en Japon et toujours en cours).

Allez, vite, j’ai quelques lignes pour vous convaincre de lire ce superbe titre !

« L’après quête » d’une elfe millénaire, Frieren

Mettez tout de suite de côté vos repères et habitudes classiques du genre Heroic fantasy. Ce titre n’en est rien, et propose une toute autre approche. Le jeune héros Himmel et ses compagnons, l’elfe Frieren, le nain Eisen et le prêtre Heiter, rentrent victorieux de leur combat contre le roi des démons. Au bout de dix années d’efforts, ils ont ramené la paix dans le royaume. Il est temps pour eux de retrouver une vie normale… Difficile à imaginer après tant d’aventures en commun !

Frieren, elle, ne semble guère touchée par la séparation. Pour la magicienne à la longévité exceptionnelle, une décennie ne pèse pas lourd. Elle reprend la route en solo et promet de retrouver ses camarades un demi-siècle plus tard. Elle tient parole… mais ces retrouvailles sont aussi les derniers instants passés avec Himmel, devenu un vieillard qui s’éteint paisiblement sous ses yeux. Frieren est sous le choc… La vie des humains est si courte ! L’elfe a beau être experte en magie, il lui reste encore un long chemin à parcourir pour comprendre la race humaine… Son nouvel objectif : s’initier aux arcanes du cœur !

C’est ainsi que débute notre aventure aux côtés de cette elfe, en quête de réponses concernant l’importance du temps qui passe et la valeur de ces moments éphémères.

Quand l’Heroic fantasy croise le fer avec le Slice of life

Même si l’univers, peuplé d’elfes, de nains, de mages ou encore de dragons, respire la fantasy pure que nous connaissons (et qu’ô combien j’affectionne !), le ton donné et la mécanique narrative nous sortent clairement de nos habitudes.

Face au constat alarmant du temps qui passe, provoqué par la mort de vieillesse de son compagnon Himmel, Frieren part, seule, en quête de réponses. Le rythme de ce début de périple est déconcertant. Les chapitres se comptent en années, nous faisons parfois des bonds en avant de 20 ans (d’ailleurs, constat très touchant, le temps se compte à partir de la date de mort d’Himmel) ! Une cadence qui appuie la notion au temps très particulière qu’a Frieren. Que se passe-t-il au cours de ces années ? Franchement, pas grand-chose. Elle flâne, elle aide par-ci par-là les individus qu’elle croise, elle recueille de nouveaux sorts (son plus grand hobbie). Et oui, on adopte complétement ici un rythme du genre « Slice of Life ». Et ce n’est a-bso-lu-ment pas dérangeant.

Assez rapidement dans notre lecture (mais tout de même après plusieurs années pour Frieren !), deux compagnons humains vont venir s’ajouter au groupe : Fern, une jeune mage, et Stark, un avant-garde. Et nous allons ainsi poursuivre cette aventure à leurs côtés, mêlant action et broutilles du quotidien. Oui, même si l’action n’est pas à la 1ere place, n’oublions pas que nous sommes sur un genre Shonen dans un monde fantasy. Certains passages vont tout de même venir s’attarder sur des scènes d’action majeures et très intéressantes telles que le combat contre une armée de démons ou le concours pour devenir mage de 1ere catégorie. Hormis cela, les phases d’action seront généralement brèves et expéditives (2-3 pages maximum). Cela peut notamment s’expliquer par la force et pouvoirs démesurés de Frieren ! Nous aurons également l’occasion d’apercevoir, à plusieurs reprises, un superbe bestiaire.

Frieren possède un recueil de sorts surpuissants et divers inimaginable, et vous savez lequel est son préféré ? Celui qui fait apparaitre des parterres de fleurs. Tout est dit.

Un ton mélancolique, une ambiance et des planches pleines de poésie

Outre l’importance du temps qui passe, les interactions entre les personnages sont d’une richesse folle. Je me suis sentie presque privilégiée de partager ces instants avec eux. Des moments de rencontre, de partage qui semblent si précieux, c’est ce qui me plait énormément dans ce titre. La relation qui évolue entre Fern et Stark me touche beaucoup, je la trouve si pure et si belle. Et ce n’est pas tout, le titre est régulièrement ponctué de souvenirs de Frieren avec ces anciens compagnons. Un ton mélancolique, parfois en fond discret, parfois sous les projecteurs en 1ère place, mais toujours présent. Ces souvenirs viennent rappeler la beauté éphémère des choses, de manière très juste et très touchante. Le passé se mêlant parfois au présent avec l’identité des nouveaux compagnons de Frieren qui ont chacun un lien étroit avec ses anciens compagnons.

Une merveilleuse ode à l’amitié et à la valeur des instants partagés. C’est si beau.

Pour finir, le dessin. Et non, même au niveau du dessin je n’ai rien à redire. Il est sublime. Fin, délicat, précis, il reflète parfaitement la beauté du titre et des thèmes mis en avant. Le personnage de Frieren, avec ses longs cheveux, son faciès fin et ses mouvements lents et contrôlés, est presque envoutant. Les (nombreuses) planches, sans texte, ponctuées par des paysages ou par le quotidien de nos héros appellent à la contemplation, et nous imposent de ralentir. On prend le temps, on profite.

Frieren nous propose une nouvelle approche de l’Heroic fantasy, loin de l’enchainement classique de combats et quêtes effrénés. Favorisant au contraire l’importance du moment présent, de la valeur des relations et de ces instants partagés, c’est un véritable coup de cœur.  Peut-être que ce titre plaira moins aux personnes ne recherchant que de l’action, et pourtant je ne peux que vous obligez conseillez de vous laisser tenter ! D’ailleurs l’annonce de l’arrivée de l’anime vient de tomber récemment, et c’est une excellente nouvelle pour mettre en lumière Frieren ! Un univers fantasy aux notes mélancoliques, je ne cesse d’apprécier ce titre de tome en tome. Ma note : 18.5/20.

A bientôt,
Chloé