26 mai 2024

Avis manga : Akane-Banashi (Tomes 1 et 2)

De retour pour vous parler d’un titre qui a fait beaucoup de bruit lors de son arrivée en France. En même temps, nous ne pouvons pas dire que les éditions Ki-oon ont fait dans la demi-mesure pour accueillir ce titre, rendant un bel hommage à cette étoile montante du Shonen Jump (2022) : Akane-Banashi. Un titre qui fait beaucoup parler car s’éloigne des sentiers battus faits de comédies romantiques et de récits d’action que nous retrouvons régulièrement dans le Jump. Et oui, ici est abordé un thème particulier : la discipline du Rakugo. Et ce n’est pas 1 mais bien 2 tomes qui sont arrivés simultanément en octobre en France. Allez on en parle de suite !

Akane-Banashi : Une héroïne au cœur d’un Shonen

Dès les premiers chapitres, tous les codes du Shonen se mettent en place : objectif, récit initiatique, mentor, rival…etc. Ce n’est franchement pas pour rien que ce titre est issu du Jump ! Le Shonen c’est un peu ma madeleine de Proust. Et c’est avec un immense plaisir que j’ai découvert ce titre où dominent la passion et des personnages travaillés et développés. Deux points majeurs du genre que j’adore. Rien qu’avec le 1er tome, se dégage une puissance folle des personnages. Famille, mentors et amis vont venir alimenter ce récit.

Toutefois, deux aspects originaux ressortent dans ce nouveau titre. Notre héros, Akane, est une héroïne. Une héroïne motivée, courageuse et un peu tête brûlée. Et le titre s’articule autour d’un art ancestral japonais : le Rakugo.

Le Rakugo, quésaco ?

Pour l’introduire en France, le Rakugo est présenté comme un art entre le conte populaire et le One Man Show. Petite subtilité, ce n’est pas de l’improvisation ici. Le rakugoka s’entraîne à raconter des histoires qu’il a apprises auprès de son maître. A lui, ensuite, de les raconter à sa façon (tout en restant fidèle au récit de base). Un véritable rakugoka s’appuie sur sa propre expérience pour s’approprier et alimenter les histoires qu’il raconte.

Chaque histoire se veut avant tout humoristique. Toutefois, se cachent derrière des leçons de vie et des messages assez sérieux pour ceux qui prennent le temps de les analyser.

Un récit passionnant

Ce récit est d’une richesse sans nom. L’auteur nous explique progressivement les codes de cet art, sa signification et tous les éléments qui le constituent. Cela est fait de manière très fluide et pédagogique. Les explications s’articulent autour du récit sans venir l’alourdir. Et pour approfondir notre découvert du Rakugo, des bonus explicatifs sont présents en fin de tome.

Tout simplement fascinante comme discipline. Et d’autant plus à travers le média du manga qui rend l’expérience encore plus forte. Les dessins sont savamment réfléchis, les faciès brillamment réussis pour retranscrire toute cette panoplie de personnages, de rebondissements et d’émotions.

Lors de leur montée sur scène, les histoires contées sont superbement et intelligemment construites graphiquement. Un rakugoka se donnant la réplique et évoluant dans son histoire. Certes, le Rakugo nous permet de conter des histoires, souvent drôles, mais n’oublions pas que la vraie vie est aussi remplie de belles histoires.

Akane-Banashi arrive en (très) grandes pompes en France, et ce n’est pas pour rien. L’entrée en scène est plus que réussie ! Véritable succès au Japon, ce titre allie savamment les codes du Shonen et la discipline ancestrale qu’est le Rakugo et nous offre un récit des plus passionnants ! Ma note : 17/20.

A bientôt,
Chloé