27 septembre 2022

Avis manga : Diamond in the Rough – Tome 1

Le manga Diamond in the Rough (Aragane no Ko) est scénarisé et dessiné par Sasaki Nao. Il s’agit des premiers travaux de ce mangaka. La série est en cours de prépublication depuis novembre 2020 dans le Shonen Jump+ et possède actuellement 5 tomes au Japon. Le manga est édité en français par Kana et c’est Sophie Lucas qui est chargée de la traduction (Time Shadows, Bucket List of the Dead).

Résumé : Le monde de Diamond in the Rough tourne autour des pierres. On y appelle un  » minéralogiste  » celui qui est capable de transformer tout ce qui est d’origine minérale et en améliorer les capacités. De plus, les pierres précieuses possèdent des pouvoirs spécifiques. Le rubis, par exemple, renferme le pouvoir des flammes. Dans le village souterrain de Hagi, le jeune Kai trame dur pour rembourser l’équivalent de la valeur de sa famille qui fut transformé en pierre. Lui-même est affligé d’une jambe pétrifiée et parsemée de diamants rouges. Sa vie se voit bouleversée suite à la rencontre d’un sympathique minéralogiste de passage du nom de Akeboshi. Ce dernier fera de lui son apprenti et lui enseignera à contrôler le pouvoir des gemmes.

Diamond in the Rough : un joyau caché?

Dès son introduction, la personnalité du protagoniste semble intéressante. Loin d’être un fainéant, le jeune homme est plutôt travailleur et déterminé. Sa motivation pour quitter son village est noble. Il s’agit de sauver sa famille en retrouvant le responsable de leur pétrification. Il est accompagné d’un mentor altruiste et prodige de la minéralogie. J’ai bien aimé voir ce fameux Akeboshi en combat à l’aide de différentes pierres. Par contre, il est à noter que le scénario suit une formule assez classique et que le tome 1 comporte peu de rebondissements.

Les dessins du manga sont globalement réussis. Les gros plans sur le visage de Kai lors des moments chargés en émotions sont plus détaillés. Cela contribue à développer rapidement de la sympathie pour le protagoniste au chara design assez classe. Les quelques planches en combat démontrent le potentiel des pouvoirs de la minéralogie. Le mangaka s’est d’ailleurs probablement inspiré de Fullmetal Alchemist. Il est à noter cependant que le tome 1 offre peu de planches qui marqueront l’esprit une fois la lecture terminée. Diamond in the Rough n’est peut-être pas le diamant éclatant qu’il prétendait être, mais il brille suffisamment pour donner envie de découvrir son univers. Ma note : 13/20